CLIMACT seminar series
Health
Psychology

Les émotions du climat : et si en 2023 on tentait de les apprivoiser ?

10 conseils pour mieux faire face à l’écoanxiété

Posté le 17 janv. 2023

Auteur·e·s

Aïcha Besser

Communication specialist CLIMACT

Expert·e·s

Micaël Metry

Chargé de projet au Centre de compétences en durabilité et collaborateur à l'Espace Transitions UNIL

Les émotions du climat : et si en 2023 on tentait de les apprivoiser ?

La crise écologique et l'urgence climatique génèrent des émotions qui sont parfois inconfortables et désagréables, mais toujours naturelles et utiles. En effet, ces dernières nous informent que quelque chose ne tourne pas rond et nous mettent en mouvement pour nous adapter. Mais, lorsqu'elles sont réprimées par l'individu ou pathologisées par la société, les émotions, comme l'écoanxiété, ne jouent plus le rôle qu'elles doivent jouer : celui d'un signal d'alarme.

Voici 10 suggestions de Micaël Metry, expert en écopsychologie:

1.     Faire passer les informations factuelles de la tête au corps, en ressentant ce qui se passe à l’intérieur de soi.

2.     Ne pas aller immédiatement vers les solutions, l’espoir ou l’optimisme. Cela peut venir après.

3.     Définir pour soi-même son écoanxiété : tous les sentiments, émotions, comportements et cognitions liés à l’état catastrophique de notre monde.

4.     Recadrer son écoanxiété comme un signal d’alarme, une réponse saine à un système profondément malade et cesser de la pathologiser comme un trouble.

5.     Partir de la gratitude plutôt que du désespoir.

6.     Ne pas refouler son écoanxiété, mais l’accueillir et la traverser.

7.     Changer de perception sur notre rapport au monde. Nous faisons partie de la Terre et notre écoanxiété est une preuve de notre interdépendance (psychologie systémique et écopsychologie).

8.     Reprendre son pouvoir d’agir, qui est lui aussi interdépendant.

9.     Ne pas fuir son écoanxiété dans un engagement hyperactif qui mènerait au burn-out militant.

10.  Se relier à soi-même, aux autres et au milieu naturel.

Pour approfondir le sujet, visionnez l’épisode 2 de notre séminaire CLIMACT avec Micaël Metry dans lequel il aborde le sujet des émotions du climat.

Dans cet épisode, vous découvrirez également les réflexions de Natacha Forte, collaboratrice du Laboratoire de transition intérieure, porté par Action de Carême et EPER, qui y aborde la question de la transition intérieure et de nos modes de pensée. Selon elle, il n’y aura pas de transition sociale et écologique profonde sans une transformation des consciences.

Il importe de contribuer au changement de paradigme pour passer d’une société qui détruit le Vivant à une société qui le respecte.
  

A son sens, cela implique une révision profonde de nos valeurs, une métamorphose de nos modes d’être et de vie, une transformation de notre regard sur les autres – humains et non humains.

Au sujet de l’auteur :

Micaël Metry est chargé de projet au Centre de compétences en durabilité et collaborateur à l'Espace Transitions UNIL.

Diplômé de Géosciences en Environnement à l'UNIL, Micaël s'est tourné vers les aspects humains et psychologiques de l'écologie. Il s'est formé à l'écopsychologie et au Travail Qui Relie, un processus d'accompagnement des émotions liées à l'état du monde et d'empowerment. Il travaille actuellement au Centre de Compétences en Durabilité de l'UNIL, dont l'Espace Transitions. 

Au sujet de CLIMACT

Découvrez nos prochains événements, notre série de séminaires CLIMACT sur Youtube, nos articles et suivez-nous sur Twitter @ClimactSuisse et @ClimactSwiss et Linkedin.

Suivez l'actualité CLIMACT